Le jour où j’ai fait une embolie pulmonaire…



Ce billet, ça fait un moment que je voulais le faire, mais j’attendais le bon moment….Le moment où je serais capable de l’écrire sans angoisser à nouveau. Ce temps est venu.

Saleté de maladie qui m’a touchée le 13 septembre 2010, jour des 5 mois de mes bébés, j’ai fait une embolie pulmonaire (caillot circulant dans le sang qui va boucher le système artériel irriguant le poumon). Je crois que je serais marquée à vie par ce matin où je me suis réveillée et que je n’arrivais plus à respirer, ce matin où j’ai cru que tout basculait, ce matin où j’ai cru, mes enfants, que je vous abandonnais.

A mon arrivée à l’hôpital, ils ont fait de suite le bon diagnostic, un scanner plus tard et je me retrouvais hospitalisée pour 10 jours. 10 jours sans voir mes enfants, 10 jours les plus longs de ma vie. On me soigne, mon état s’améliore et puis les jours passent mais des peurs et des crises d’angoisses commencent. J’ai si peur de quitter mes enfants. pourtant le traitement agit vite, je respire mieux de jour en jour….Mais mes crises d’angoisses, elles, s’intensifient….j’ai peur de tout désormais ….. Je me souviens que je me répétais sans cesse : « il faut que je sois forte…ils n’ont que 5 mois et ont besoin de moi ». Pendant mon hospitalisation, on m’expliquera que j’ai cumulé les facteurs « malchance »: moins de 6 mois que j’ai accouché, la reprise de ma contraception, un long trajet de 8h dans les pattes (nous rentrions tout juste de vacances), c’est LE cocktail explosif. Plus tard on me trouvera aussi une mutation sanguine (facteur V) et une hypothyroïdie. Bref la totale.

J’ai pu quitter l’hôpital après 10 jours d’hospitalisation. Mon homme m’attend en bas de l’hôpital avec mes enfants. Warren fut content de me revoir. Nolann quant à lui, me toisa, tourna son regard. J’ai pleuré, tant pleuré. Il a sûrement pensé que je l’avais abandonné. Il nous aura fallut quelques heures pour nous retrouver. Pour que je retrouve mon bébé, mes bébés.

Mais je ne suis plus la même, je suis affaiblie, n’ai pas de force, je ne peux rien soulever. Je suis rentrée à la maison mais c’est maintenant que le calvaire va commencer. Je ne pouvais m’occuper seule de mes enfants, je ne pouvais les porter, les baigner, les bercer. Et ces crises d’angoisses qui ne me quittaient pas. Ma santé s’améliore au fil des mois…mais mon esprit lui est tourmenté. Tous les jours, j’avais si peur de les quitter. Je suis consciente que j’ai eu beaucoup de chance et j’essaye de reprendre le dessus petit à petit. Semaine après semaine, je reprend des forces, je suis de plus en plus autonome. Les médecins m’aident beaucoup, le cardiologue, la kiné, ma doc, mon infirmière, ma famille, tout le monde m’aide à traverser cette mauvaise passe. Mes crises d’angoisses s’atténuent.

Ces satanés crises qui m’ont bouffé la vie pendant un an. Une année pendant laquelle je n’ai été que l’ombre de moi-même. Une année pour accepter le fait que j’ai eu un accident de parcours, une année où j’ai pris conscience que la vie ne tient qu’à un fil. Une année où j’ai pu me rendre compte à quel point mon homme était merveilleux tant il m’a aidé, soutenu, épaulée, accompagné. Et puis un jour, une éclaircie, le jour où on me confirmera que le caillot est parti, que mon coeur va bien. Mes crises s’estomperont, je reprendrai le dessus….Je suis là les enfants, maman est revenue….

23 commentaires

  1. Du courage, il t’en a fallu, tu as vaincu… Tu peux être fière de toi.
    Je suis émue par ton article, j’ai eu aussi des soucis de santé ( moins important ) et ça a été difficile pour moi : être impotente ou prendre ce traitement qui m’épuise et me rend malade ? Depuis plusieurs moi j’ai fais le choix d’arrêter ce traitement et j’ai décidé que ça irait ! Et je ne sais par quel miracle ma dernière prise de sang était magnifique ! Je suis guéri, j’espère que ça durera toute la vie, je veux être bien, je veux que mon homme soit bien et surtout que mon fils et mon futur bébé le soient aussi…
    Encore bravo à toi pou cette force que tu as et merci pour ton blog qui me touche chaque jour.

  2. très beau récis émouvant et effrayant en même temps, nous sommes bien peu de choses par rapport a la vie.moi j’ai l’angoisse pour mon fils qui a 4ans1/2 et ca ne me quitte quasi jamais la peur qu’il replonge, que son ulcère se réveille et qu’il soit a nouveau hospitalisé et transfusé!!!!malgré tout la vie reprend sa place, mais l’angoisse est encré et reste tapie!!!

    gros bisous merci pour ton récit!!!!!

  3. ouhlala…. très touchant et émouvant ton billet dis donc. le principal c’est que tu ailles mieux maintenant, tu as réussi à vaincre tout ça et tu arrives à l’exprimer.
    bisous !

  4. tres emouvant ton billet ! j’avais la chair de poule en te lisant mais ce qui est beau c’est que tu t’en sois sortie tu as vaincu et les moments difficile sont derriere toi !! maintenant tu profite un max de tes petits hommes et des joie de la vie !! pleins de bisous a une super mamans qui est forte et courage ! le meilleurs est devant regarde droit devant toi et plus derriere toi!!!

  5. j’en ai les frissons et les larmes aux yeux … c’est très touchant !!!
    effectivement nous sommes tellement peu de choses sur cette terre 🙁
    tout est bien qui fini bien même si il aura fallut du temps !!!
    maintenant place au bonheur 🙂
    bisous

  6. tu m’as beaucoup émue avec cet article, je ne pensais pas qu’il t’étais arrivé une chose pareille. je suis toute angoissée de voir que de telles choses peuvent nous arriver si jeunes. moi j’ai une seule peur c’est de mourir comme ça d’un coup du genre AVC et ca me hante souvent surtout maintenant que j’ai mon bébé. tu as eu beaucoup de courage. plein de bisous. (laetitia bonafé)

  7. Très émue par ton histoire… J’ai traversé aussi des moments très difficiles pendant et après ma grossesse et c’est vrai qu’il faut une année pour s’en remettre, une année de peurs, d’angoisses, mais aussi une année qui nous fait changer à jamais la vision de la vie et des gens qui nous entourent. On s’en passerait bien de vivre de telles choses, mais la vie parfois nous mets des obstacles qui nous rappellent à quel point c’est merveilleux tout ce que l’on a. Tu t’en es sortie, le souvenir de la souffrance reste, mais ce n’est qu’une cicatrice qui est là pour te faire apprécier la vie de bonheur que tu as maintenant.

  8. Très émouvant ton billet, j’en ai de grosses larmes aux yeux. J’ai eu des moments aussi où j’ai eu peur de laisser mon Poussin… C’est une peur atroce !
    Contente de savoir que tu vas mieux désormais.
    Profites de tes enfants, de la vie, tu as raison, elle ne tient qu’à un fil…
    Bisous

  9. … tout à fait le genre de choses auxquelles je pensais aussi en écrivant mon récent billet sur mes angoisses et mes peurs de maman même si je n’ai pas connu ce que tu décris mais juste imaginé… ouf pour toi, une belle victoire sur la vie et l’avenir…

  10. Billet très emouvant,l’embolie pulmonaire on a connu ça aussi dans ma famille ,ma soeur en a fait une et comme toi s’en est sorti.
    Bises et profitons à fond de la vie!!

  11. Un joli billet, certes dans un contexte délicat et douloureux de ton existence. Mais démontrant tout l’amour que tu as envers les tiens, et ta volonté d’avoir lutté et là est le plus beau… La maladie, aussi brutale qu’elle soit, est toujours compliquée, et tu as des personnes plus fortes et d ‘autres moins pour s’en sortir. La volonté joue beaucoup, autant peut-être que le traitement (tout dépend aussi de la pathologie). Tu es une mère exemplaire et cet accident de parcours est derrière toi, alors continues de regarder vers l’avant 😉 J’ai connu moi même la fatalité de la maladie, plusieurs années foutues, mais ma conclusion étant que je suis toujours là, et que j’ai fait ce que je devais faire et qu’aujourd’hui mon existence redevient normale… Et comme je l’ai déjà écrit, cela est pas permis à tout le monde, alors saisissons cette chance pour nous et pour celles ceux qui ne l’ont pas eu…

  12. Obligée de lire ton récit en 2 fois et oui les larmes me sont montées assez rapidement tellement ton texte m’a émue.
    Tout ça est derrière toi, derrière vous plutôt car toute la famille a été mise à rudes épreuves et comme l’on dit beaucoup de filles place au bonheur maintenant

  13. effectivement ca du etre horrible! Le pendant, puis le après, la peur que cela recommence! Bravo de reussir à en parler, de révéler ses peurs.

  14. Ton récit m’a donné la chair de poule.
    Eh oui, la vie ne tient qu’à un fil!
    Tu as eus beaucoup de chance mais ça a du être très dur d’etre séparée de tes loulous.
    Tout est fini maintenant et ce n’est qu’un mauvais souvenir.

    Gros bisous 😉

  15. Rouh :(,je n’ai pas repris la pilule depuis deux ans personnellement je n’aime pas bien ça et vu ton article je suis contente de mon choix.

    En tant que Maman solo l’hospitalisation est ce que je redoute le plus alors j’essai de prendre soin de moi le plus possible .

    Personnellement en cas de gros coups durs je met aussi un an à m’en remettre en me boostant bien,car en général je suis pas du genre déprime ou à me laisser aller,et heureusement maintenant on a le plus merveilleux des booster,nos loulous.

    Le blog m’a beaucoup aidé a aller mieux dans le sens ou quand on est angoissé suite à un traumatisme comme tu as subit ça permet de se dire au lieu de broyer du noir,aller je fais un blog mais sur ce blog,que du positif et franchement ça aide a remonter à la surface,et on rencontre des gens supers 🙂 ça aide beaucoup.

    Ce que j’aime aussi en tant que Maman solo :(,c’est de voir des familles heureuses et unies qui se soutiennent .

    Vous êtes supers,tu es une battante,bravo pour ta force.

    Passe une Bonne soirée,et bravo à Warren et Nolann pour le contrôle technique qui ne nécessite pas de contre visite ;),Maman vous garde près d’elle Wouhou ^^.

  16. Dure épreuve que tu as vécu là… Heureusement tout ça est derrière toi et aujourd’hui plus que jamais tu profites du bonheur d’être avec des petits mecs et ton homme.

    Je te souhaite plein de bonheur en famille et de précieux moments avec les tiens !

  17. Je ne peux que te dire que tu as été forte et courageuse ….
    Bravo à toi pour avoir surmonter cette épreuve ….
    Des bisous

  18. C’est un témoignage difficile et émouvant qui nous fait comprendre q’il faut profiter des petits bonheurs de la vie à chaque instant, profiter de notre famille, le bonheur de vivre avec eux çà n’a pas de prix, je suis très contente que tout se soit arrangé pour toi et donc aussi pour vous quatre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *