Laits à la mode et jus végétaux, quels risques pour nos enfants ?

Le 26 juin dernier, j’ai assisté à une réunion très intéressante organisée par le Syndicat Français des Aliments de l’Enfance et présentée par le Pr Bertrand Chevallier, Chef du service de pédiatrie de l’hôpital Ambroise Paré à Boulogne, Vice‐président de la Commission nationale de la Naissance et de la Santé de l’Enfant au Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé. Le sujet était « Jus végétaux et laits « à la mode », quels risques pour la santé du bébé ?« . J’en ai appris beaucoup pendant cette réunion et j’espère que ce compte-rendu vous aidera à y voir plus clair également.
Depuis quelques années, un nouveau phénomène se développe en France, de plus en plus de parents alimentent leurs bébés de moins d’1 an avec des jus végétaux (amande, châtaigne, soja…) ou des laits d’animaux autres que le lait de vache (brebis, ânesse…). Que ce soit pour des raisons idéologiques, des raisons réactionnelles face aux peurs alimentaires ou encore pour remédier aux allergies aux protéines de lait de vache (réellement 1 à 3% de la population), certains parents se tournent vers des jus végétaux et laits « autres » que le lait de vache.
Il faut savoir que le développement passe par la nutrition. Or, les jus végétaux d’amande, de châtaigne, de riz… ne contiennent pas de calories, peu de protéines (sauf le soja), peu d’acides gras essentiels, mais surtout pas de calcium ! Bref, ils ne contiennent pas tout ce dont les enfants ont besoin pour se développer correctement. Les risques sont la cassure poids/taille, un développement ralenti ou encore des os déformés. Concernant les laits autres que le lait de vache, comme le lait de chèvre, de brebis, de jument….ceux-ci ne sont pas adapté non plus car ils sont trop riches en protéines et en graisses.
Les 3 premières années de vie sont décisives et pour cela, l’enfant à des besoins spécifiques. Voici l’alimentation recommandée pour les enfants de 0 à 3 ans :
De 0 à 6 mois : Le lait maternel est l’aliment idéal ou lait 1er âge
De 6 à 12 mois : Le lait 2ème âge + diversification alimentaire
De 12 mois à 3 ans : Le lait de croissance (500ml par jour) + diversification alimentaire
Ces nouvelles pratiques inquiètent donc de plus en plus le corps médical qui souhaite informer les parents et les autorités, sur les risques pour nos enfants, et notamment pour que des règles soient fixées pour les fabricants (étiquetage des produits). Quoi qu’il en soit, il est indispensable de donner un lait adapté à l’enfant jusqu’à ses 1 an. Lui donner autre chose avant ses 1 an, c’est l’exposer potentiellement à des carences pouvant être graves.
Après 1 an, vous pouvez bien sûr donner ces jus végétaux ou laits à vos enfants mais pas au détriment du lait de vache qui contient exactement ce dont l’enfant à besoin. En effet, s’il boit trop de ces jus végétaux par exemple, il n’aura plus faim et se détournera du lait de vache, ce qui pourra entraîner les carences citées plus haut. Ces jus d’amande, de soja […] et laits de brebis, de jument […] sont donc à proposer à l’enfant avec parcimonie.
Le Pr Bertrand Chevallier nous a recommandé de lire « Histoires des peurs alimentaires » de Madeleine Ferrières pour nous éclairer encore un peu mieux sur les habitudes et peurs alimentaires. Apparemment s’il y a un livre à lire, c’est celui-ci. Je vais donc me le procurer et reviendrais dessus ultérieurement.
Voici également quelques liens du SFAE concernant l’alimentation de l’enfant de 0 à 3 ans :
http://biennourrirmonbebe.com
J’espère vous avoir un peu mieux informé sur le sujet. Il me semblait important d’aborder ce sujet sur le blog car finalement la santé de nos loulous c’est bien le plus important !

2 commentaires

  1. J’ai 3 filles, toutes 3 ont eu une forte intolérance aux protéines de vache ..; la première après l’allaitement maternelle (3 mois) est passé proche de l’oedème de quick alors nous sommes passés au lait de soja … la seconde allaitement plus long et diversification alimentaire très rapide pas de lait de vache, et la troisième a eu une intolérance même pendant l’allaitement maternelle, vu les pb qu’engendre le soja nous avons opté pour le lait de chèvre sachant qu’elle était rachitique, limite hospitalisation … les médecins tenaient exactement ce discours pas de lait autre que vache et dérivés pour bébé … nous après avoir essayé et vu aucune améliorations nous avons choisi le lait de chèvre et notre fille a été sauvé ! Je trouve dommage qu’il y ai un tel lobbing autour du lait de vache … et des lait de croissance … Merci pour votre compte rendu , moi je vous donne juste un exemple

    1. Bonjour, merci pour votre avis, il a bien sûr sa place ici. Sachant que 1 à 3 % de la population sont allergiques aux PLV, il faut en effet trouver des solutions. Donc je comprends tout à fait votre position. Cette alimentation était-elle supplémentée ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *