Retour sur les débuts du lait en poudre

Je ne me suis jamais vraiment intéressée au pourquoi du comment du lait en poudre. Je pensais que les industriels avaient créé ça de toutes pièces juste pour générer des profits comme ils le font avec beaucoup d’autres produits. Enfin je ne m’étais jamais vraiment posé la question. Le lait en poudre répondait-il à un réel besoin ou avait-il créé un nouveau besoin ?
Et puis je suis tombée sur un article paru dans le magazine Parents n°49 intitulé « L’épopée du lait en poudre ». Et j’ai appris que le lait infantile avait été inventé en 1860 par un homme, Henri Nestlé, pour lutter contre la malnutrition des bébés. Ce pharmacien, traumatisé par la perte de plusieurs de ses frères et soeurs, avait cherché une solution pour sauver les enfants. Et ben là tout de suite, j’ai envie de dire merci à ce Monsieur. Bien que maintenant la production de lait en poudre soit devenu un pur business bien lucratif (faut voir à quel prix on nous vend le lait en poudre!), ce produit à quand même sauvé beaucoup de vies.
Alors c’est sûr, on le dit et le répète, d’ailleurs maintenant c’est très réglementé, le lait maternel est à favoriser car il est naturel et contient tout ce qu’il faut pour que les enfants se développe parfaitement. Cependant, qu’en est-il des femmes qui ne peuvent pas pour x raisons allaiter ou bien ne veulent pas? Et bien fort heureusement, elles ont accès au lait en poudre.
Pour mon histoire personnelle, j’ai toujours souhaité pendant ma grossesse allaiter mes jumeaux. Or, leur naissance prématurée, le fait que nous ne pouvions avoir beaucoup de contact physique à cause des machines de l’hôpital ou encore le fait qu’ils n’avaient pas le réflexe de succion à la naissance ont eu raison de mon allaitement. J’étais bien contente à ce moment là, de trouver du lait en poudre.
Alors oui le lait en poudre est diabolisé mais à partir du moment où les mamans sont conscientes que c’est le lait maternel qui prime mais qu’en cas de besoin, le lait en poudre est là, il me semble qu’il n’y a pas besoin de se juger les unes les autres non?

 

2 commentaires

  1. Bien sûr qu’il est nécessaire d’avoir une alternative, pour des cas comme le tien,et heureusement qu’il y en a! Et puis chacune peut ainsi faire son choix, et c’est très bien comme ça! Je suis à fond pour l’allaitement, j’allaite encore mon Cromignon de 17 mois, mais que ma voisine donne des bib n’est vraiment pas mon problème!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *