J’ai l’impression qu’on m’a volé mon accouchement

crédit photo

Déjà 33 mois que j’ai accouché et je me rends compte que je ne m’en suis toujours pas remise. Le 13 avril 2010, suite à un problème détecté sur un de mes enfants, j’ai subi une césarienne. Ce jour reste gravé en moi car c’est un des pires jours de ma vie. Je vous avais raconté cette journée dans mon article intitulé « Ce 13 avril 2010…. ». Je me rends compte qu’aujourd’hui, en 2013, alors que mes enfants ont presque 3 ans, je suis toujours hantée par le déroulement de cette journée.

On m’a d’ailleurs fait remarquer une chose une fois, je n’utilise que très rarement le terme « j’ai accouché ». Non, je dis très naturellement « Ils sont nés… ». J’ai l’impression de mentir en disant que j’ai accouché. Non j’ai rien fait,on m’a juste ouvert le ventre pour extraire mes enfants. C’était en urgence, mon homme n’avait pas le droit d’être présent, je n’ai pas vu mes enfants de suite, ils les ont emmenés. Je sais qu’ils avaient besoin de soins mais juste de me les montrer aurait peut-être permis de soulager mon coeur de maman, de me montrer que j’étais devenue maman.

Ce contact, même s’il n’avait pu être que visuel m’a manqué, me manque. Aujourd’hui, je suis incapable de regarder un document où il va être question d’accouchement par exemple. Ça me fait trop de peine. Je me demande alors pourquoi, moi, je n’ai pas eu cette chance ?
La semaine dernière, j’ai regardé le documentaire « le mystère des jumeaux » sur France 3. La fin m’a juste tiré les larmes. Moi qui n’aime pas regarder ces scènes là, j’ai vu la naissance par voies naturelles de petits jumeaux. La maman les a porté sur elle, elle a fait du peau à peau immédiatement. C’était magnifique, j’étais effondrée. J’aurai tant aimé vivre un moment pareil, tant aimé avoir cet instant de bonheur avec mes enfants. Qu’ils n’aient pas eu besoin de filer en réanimation, qu’ils aient juste pu profiter de leur maman.

Tant de regrets. Je sais que je n’y suis pour rien, que c’est la vie, que de toutes façons on ne peux pas revenir en arrière. Je sais aussi que j’ai la chance d’avoir 2 magnifiques enfants en bonne santé. Mais j’y peux rien, c’est plus fort que moi, ça reste une blessure ouverte, qui ne cicatrise pas….

22 commentaires

  1. cc ma belle !!
    tres touchant ton sujet et tellement vrai !
    je ne connais paq cette souffrance mais je l’imagine et je comprends que tu le vivent mal ! je ne peux memettre a ta place ! peut etre sa passeras si un jour tu as un autre enfants et que tu vive un vrai accouchement mais surtout qu’on te vole pas ton enfant juste derriere que tu puiisse tout de suite profiter de ces instant immediatement ! pleins de courage ma belle et j sais que plus leursanniversaire approche et plus sa doit te faire mal ! bonne journée

  2. Comme je te comprend moi j’ai eu 3 cesariennes la 1ere et la 2nde en urgence a chaque fois j’ai pas pu voir mes loulous ki ont eu besoin de soins eux aussi. Le troisieme etant une cesarienne programmée du aux 2 autres precedentes j’ai pu l’avoir juste après qu’il me l’ai sorti c’est completement different et c’est super. Apres 2 cesariennes sans pouvoir les voir ni les toucher (enfin timéo j’ai pu le voir y faire un bisous avant k’il l’emmene) c’est super d’avoir la chance de l’avoir !!

  3. Comme je comprends ton sentiments… Moi non plus, je ne peux pas regarder d’émissions où il est question d’acouchement par voie basse, moi ausi, on m’a volé mon accouchement. A la différence que c’est moi qui avait un soucis (créé par les médecins,ahaha) et qu’ils m’ont montré mon petit 2 secondes… Mais moi aussi ça me fait du mal de regarder ça. J’arrive à dire j’ai accouché, mais ça restera un éternel regret et une cicatrice qui ne s’effacera pas et que je serais contrainte de garder à même la peau…

    Plein de bisous ♥

  4. Je comprends ce sentiment…C’est comme une plaie qui ne s’est refermée que superficiellement. Lorsqu’on la touche ça fait mal, parfois même ça s’ouvre et ça fait pleurer…La césarienne en elle-même n’est pas quelque chose d’évident à accepter, surtout faite dans l’urgence, mais ce qui manque le plus c ‘est le contact physique avec ce petit être qui peu de temps auparavant était encore en nous…Je n’ai pas connu l’acte chirurgical mais j’ai vécu, et je vis encore malheureusement, ce manque. Mes filles sont nées en urgence, par voie basse à 31 semaines. Mais malgré le fait que j’ai eu un accouchement dit traditionnel j’ai ce vide et ce manque en moi parce que je ne les ai vues qu’1 minute au bout d’1h30 avant qu’elles soient transférées dans un autre hôpital. Je ne les ai revues que 36h plus tard et je n’ai pû les prendre sur moi pour la 1ère fois qu’au bout de 10 jours. Même si le personnel a été super il manque quelque chose qui ne sera jamais remplacé. Je n’ai pas eu le temps de les accueillir comme j’aurais aimé le faire, de faire la transition avec le monde extérieur, de m’imprégner de leur odeur et leur chaleur, de leur dire que je les aimais. J’ai pû le faire par la suite, c’est vrai, mais j’ai loupé la 1ère fois, notre rencontre. Cela fait un peu plus de 4 ans maintenant, et le fait de ressentir ce sentiment ne fait pas de nous quelqu’un de fou…Je dirais plutôt quelqu’un d’incompris, en souffrance…Alors je suis de tout cœur avec toi dans cette traversée qui finira par aboutir à quelque chose de plus doux et plus serein…Bon courage en tout cas… 🙂

  5. Etant un homme, je ne peux guère commenter avec la raison…
    Mais comme tu le l’écris, tu as 2 magnifiques enfants, ils sont là et c’est bien toi leur maman…
    Là est je pense le plus beau des cadeaux.
    Car ils sont plein de vie, en bonne santé et deviendront deux beaux et grands hommes.
    La cesarienne, il me semble est un acte courant, et quelque part heureusement, car cela permet d’échapper à des situations à l’issue dramatique.
    Bien que je ne doute pas, que cela soit un moment éprouvant, et difficile. Mais, penses qu’il y a encore quelques décennies cela n’était pas possible (ou mal maîtrisé), toi tu as le bonheur aujourd’hui d’avoir tes deux petits garçons à tes côtés 😉

  6. J’ai eu la chance d’avoir deux accouchements par voie basse donc je ne ressens pas ta douleur, ceci étant mon premier accouchement n’a pas du tout été comme je le souhaitais.. La péri été beaucoup trop dosée, je sentais tout tout tout dans le ventre, les douleurs dans les reins etc mais je ne sentais rien dans le bas ventre, donc je n’ai pas pu « accoucher seule » je n’ai absoluement rien senti de la naissance de mon fils, je poussais dans le vide, je ne l’ai pas senti sortir RIEN, donc je comprends un peu ton senitment de ne pas avoir su accoucher.
    Ceci dit un accouchement par VB et une césa c’ets quand meme bien diffrent donc je te dis courage, et si un jour tu as un autre bébé, tu verras tout peut etre completement différent (mon deuxeme accouchement a été un reve)

  7. Je te comprends, ça doit être très dur.
    Mes 2 premiers accouchements se sont « bien passés », mais mon 3ème était plus compliqué dans mon coeur, car tite choupine est née 1 mois avant. Elle a eu un souci détecté à 3h de vie, et elle est partie en réa. Tt est rentré dans l’ordre, et j’ai pu lorsqu’elle est née, la sentir contre moi « comme si rien ne devait se passer ». Mais moi non plus je ne peux plus regarder des émissions style « baby boom », car je me dis : ok, l’accouchement s’est bien passé, mais après???^^^Si bébé a un souci? Ces gens si heureux ne se rendent pas compte qu’il peut arriver n’importe quoi.
    Dis toi effectivement que tes bonhommes sont en bonne santé. Et tu sais à présent que lors de ton prochain accouchement, ce que tu veux plus que tout, c’est ce moment « raté » d’il y a presque 3 ans

  8. J’ai aussi vécut une césarienne d’urgence. J’avais essayé de m’y préparer mentalement car je savais que des complications arrivent dans à peu près 15% des cas, ce qui n’est pas rien. Donc sur le coup je l’ai plutôt bien vécut même si c’était douloureux moralement et physiquement. Mais avec le recul je m’aperçois 21 mois après que cela m’a quand même laissé des séquelles psychologiques. Pour le coup moi j’ai culpabilisé. Je me suis dis que j’avais peut être mal fait mon travail et j’essaye de m’enlever ça de la tête.
    Par contre je n’ai jamais pensé qu’on m’a volé mon accouchement. Plutôt qu’on a sauvé mon enfant.
    Avant d’accoucher j’ai travaillé pour un programme humanitaire qui aide les femmes africaines à accoucher dans de meilleures conditions. Le taux de mortalité pour la femme et l’enfant est très élevé lorsque la grossesse et l’accouchement ne sont pas médicalisés. Je crois que je vais faire un billet sur ce sujet.
    Par contre je suis d’accord que les soins sont parfois déshumanisés et j’ai des regrets aussi par rapport à ça. Par exemple j’aurais aimé pouvoir allaiter mon enfant plus tôt. Comme j’ai accouché de nuit, ils l’ont mis dans une couveuse et il n’y avait personne pour nous aider. Du coup j’ai eu mon fils au sein 4h plus tard (car j’ai demandé) et l’allaitement n’a jamais fonctionné…

    1. Oui voilà on voit les choses différemment. Bien sûr on a sauvé mes enfants et j’en suis consciente mais ça reste malgré tout une blessure car bien sûr j’aurai aimé mettre au monde mes enfants différemment.

  9. Ca me fait mal au coeur de te lire… Chaque récit d’accouchement qui ne s’est pas déroulé comme il faut, me fait mal au coeur…
    Pour ma part, j’ai eu 2 accouchements par voie basse, mais mon premier ne s’est pas du tout déroulé comme je le souhaitais, et tout comme toi, j’ai la sensation qu’on m’a volé mon accouchement… (péridurale imposée, épisiotomie, ventouse… toute la panoplie de la surmédicalisation !) alors qu’il n’y avait aucune raison pour faire tout ça… Juste que ça faisait + de 24h que j’occupais un lit à l’hopital en attente d’accoucher, et que c’était trop long pour eux !
    J’ai réussi à avoir un accouchement de rêve pour ma 2ème, mais le souvenir de ce 1er accouchement loupé restera toujours gravé en moi !
    Je ne sais pas trop quoi te dire… J’espère qu’un jour tu arriveras à faire le deuil de ce souvenir douloureux… <3

  10. Bonsoir. Nouvelle ici, je suis venue tenter le destin sur ton jeux pour la saint Valentin. Quoi qu’il en soit, que je perde ou que je gagne, j’ai découvert un super blog, et ça c’est le plus important. On ne se connaît pas, l’article n’est pas d’hier, tu as déjà beaucoup de commentaires dessus..je me sent du coup un peu maladroite, un peu ridicule..mais ton article me touche en pleins coeur. J’ai vécu il y a 8 mois de ça un « accouchement raté » moi aussi. Césarienne en urgences car il s’étrangler avec son cordon. Personne n’était présent car le papa était parti travaillé pensant que c’était pas pour tout de suite (déclenchement du à une fissure de la poche des eaux)…l’horreur. J’ai vu mon fils quelques secondes avant qu’il ne l’emporte j’étais désemparée, et ce sentiments d’échec qui ne me quittais pas.. les derniers temps je bougeait beaucoup pour qu’il naisse n’en pouvant plus, et je me dis que c’est moi qui les mis dehors alors qu’il n’était pas prêt. Moi qui n’ai même pas su l’accompagné. Aujourd’hui mon bébé est en super forme, et il est ce que j’ai de plus cher au monde, l’accouchement je n’y pense quasi plus…ou presque. En te lisant les larmes coulent..c’est que ma blessures et sûrement un peu plus profonde que je ne le laisse apparaître. Ça fait quelques mois que je ne parle plus de ça, et je le fait ici sur le blog qu’une parfaite inconnue, d’une maman de qui je me sent bizarrement proche sur ce sujet..merci d’avoir pris le temps de me lire, et courage à toi aussi, nos enfants sont la, en bonne santé, au fond on a trop de quoi se plaindre..:) bonne soirée.

  11. C’est très dur en effet ce que tu as vécu, je n’ose imaginer et pourtant, j’ai aussi beaucoup de chagrin quand je parle de mon accouchement. Oui, il était par voie basse et ça j’en suis très fière mais… ce bébé il est arrivé avec 2 mois et demi d’avance, 29SA et 1280gr donc le service néo-nat je connais bien, j’y ai passé 46 jours à venir voir ce bébé avant qu’il ne rentre à la maison.
    Tout le monde me dit que j’ai été courageuse mais ça reste une grande peine.
    Alors, oui, ça me touche ton post et je comprends.
    Des bises

  12. Bonsoir, je viens de découvrir ton blog!
    Concernant l’accouchement je me retrouve dans ce que tu dis (sauf que moi j’aime me faire du mal et je regarde toutes les emmissions sur les accouchements en me disant « pourquoiiiii c’est pas moaaaa » snif) Bref césa en urgence pour mes jumeaux avec en prime une anésthésie générale (la péri n’a pas fait suffisament effet) j’ai touché mon ventre rond en leur disant « à plus tard » et je me suis réveillée, seule plus de gros ventre mais pas de bébés non plus,sans pouvoir me lever seule, le papa faisait la navette entre les petits et moi et me montrait des photos prises avec son tel. ils sont resté 2mois hospitalisés maintenant tout va bien pour eux. Au début je me disais « la césa a été moins brutale pour eux qu’une vb » « je n’ai pas le droit de me plaindre alors que mes bébés ont des soins tous les jours » et blablabla… mais la vérité c’est que je suis dég, je suis frustrée de ma grossesse difficile et de mon accouchement chaotique, j’aimerais vivre une grossesse sans problème et un bel accouchement par voie basse mais on ne sait jamais comment ça va se dérouler et si toutefois je retombais enceinte ce serait parce que j’ai envie d’avoir un enfant et pas pour essayer d’avoir ce qui m’a manqué lors de ma 1ere grossesse. Voilà je t’ai fais un beau pavé… Bonne continuation avec tes garçons!

  13. Bonsoir à tous et à toutes,

    Je conçois votre déception, ces moments sont d’une telle intensité et tellement précieux…néanmoins, j’aimerais apporter un peu de perspective à ce que vous dites, toutes vos expériences ont été liées à une urgence médicale, et vous avoir privé de ce contact, aussi bref soit-il, a certainement sauvé vos bébés et leur a épargné des séquelles. Les femmes veulent un accouchement comme elles l’ont planifié, ou devrais-je dire rêvé, évidemment dans l’idéal, nous aimerions toutes ça, mais la réalité est toute autre, on se plaint de la « sur »médicalisation des grossesses et accouchements, mais combien de vies de mères et d’enfants ont été sauvées grâce à ces gestes « barbares ». J’ai vraiment du mal à entendre des femmes dire qu’elles doivent faire le deuil de leur accouchement raté, car j’aurai tellement aimé qu’on m’enlève mon enfant pour me le rendre quelques jours, semaines, ou même mois plus tard tout simplement en vie. Vous n’avez pas vécu les premiers moments sur terre de vos enfants, mais la médecine vous a offert toute une vie à partager avec eux. Croyez moi, jamais on ne fait le deuil de son enfant… Depuis une petite fille est née et m’a ramenée à la vie, mais la douleur de cette perte est et restera toujours aussi vive…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *