Quand être non-fumeur t’exclus du groupe

Quand être non-fumeur t'exclus du groupe

non-fumeur

Cela fait maintenant 5 ans que j’ai arrêté de fumer. Le mois suivant l’annonce de ma grossesse en fait. Ça a été presque immédiat. La grossesse étant déjà en elle-même une grossesse à risque, il était bien entendu hors de question que je rajoute un facteur risque. De toutes façons, j’étais déjà tellement malade qu’il m’était impossible d’approcher une clope alors c’était réglé. Le plus dur a été de ne pas reprendre après la grossesse. Mon homme fume, mes copines fument, mes potes fument, bref je suis entourée de fumeurs…. alors ça a été un sacré challenge. D’ailleurs aujourd’hui, 5 ans après, c’est toujours un challenge de résister. Étonnant que je ne sois pas encore sevrée, 10 ans de clopes, ça laisse des traces et de vilains réflexes. Mais j’ai assimilé le fait que désormais j’étais une vraie non-fumeuse, l’odeur me dérange même maintenant.

Et j’ai depuis peu pris conscience d’une chose : être non-fumeuse m’exclue de mon groupe d’amis et ça ne me plaît pas du tout. Quand tout le monde sort fumer, moi je reste, ou encore quand on est en boîte de nuit (oui ça m’arrive encore quelques fois (bon ok rarement mais des fois quand même)) et que tout le monde part fumer, limite, je me retrouve seule sur la piste (c’est dingue, y’a plus de monde au fumoir que sur la piste!) ou pire quand on est au resto avec mon homme et qu’il m’abandonne pour aller fumer et que je me retrouve seule à table. Et bien je ne supporte plus tout ça, je me sens exclue parce que je ne fume plus. Je me sens différente. Non mais c’est un comble quand même.

Je me souviens d’une autre époque où c’était plutôt quand on était fumeurs qu’on était mal vus, qu’on étaient un peu des pestiférés et maintenant j’ai l’impression que c’est moi la non-fumeuse, la personne « pas normale ». Alors forcément je loupe des moments de conversation quand ils sont tous dehors, parfois j’ai même envie de les rejoindre et de tirer une taffe tiens. Non mais je serai plus forte que ça. Tant pis, je resterai dans mon coin et je me ferai des amis imaginaires non-fumeurs ! Le tabac c’est tabou, on en viendra tous à bout !

7 commentaires

  1. N’ayant jamais fumé, je connais ça aussi mais dans une moindre mesure. Mes amis ne fumaient pas pour la plupart, ceux de mon homme si. Aujourd’hui, il est passé à la clope électronique, et même si ce n’est pas parfait, ça a changé nos vies ! Courage !

  2. Comme je connais… J’étais fumeuse, j’ai arrêté comme toi, à l’annonce de ma première grossesse…
    Mais maintenant, quand je suis entre copine, ou en famille, et que tous le monde part fumer, j’en fume une avec eux.. je ne suis pas hyper accro, ce qui fait que je n’ai pas d’envie si je suis seule.. Etant enceinte, je comprends ton ressenti, car je ne fume pas du tout, et donc là.. quand tous le monde part fumer, et bien je me retrouve seule.. Chéri ne fume pas, donc ça compense, heureusement !

  3. J’ai de la chance : ConjointChéri et non-fumeur et je ne fume pas non plus. Mais ce que ça peut m’agaçer quand pendant les fêtes de famille, tout le monde se rejoins dehors pour fumer, et ça arrive toutes les 15 minutes environ en plus gr

  4. Je connais ce sentiment que tu décris, les soirées où les fumeurs se retrouvent dehors pendant des plombes et sont presque plus nombreux que les gens à l’intérieur… Au boulot c’est un peu pareil, y a des pauses que je ne fais pas avec mes collègues et du coup parfois je loupe des trucs ! Mais que faire ? pas grand chose, ça vaut pas le coup d’aller s’intoxiquer avec eux pour moi ^^ Enfin parfois tu as la chance d’avoir peu de fumeurs autour de toi et là c’est cool (ma meilleure amie a arrêté y a 6 ans, ma tante 2 ans… et nos amis les plus proches ne fument pas OUF).
    Parfois j’ai déjà aussi vu le phénomène contraire, quand une seule personne fume et pas le groupe, bah c’est rigolo 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *