Congé parental, où comment perdre son emploi….

Quand j’ai su que j’attendais des jumeaux, le choix de prendre un congé parental d’éducation long s’est imposé à moi. Après avoir consulté 2 ou 3 nounous, je me suis vite rendue compte que si je reprenais le boulot, j’irai bosser pour la gloire et surtout je passerai ma vie à courir. C’était donc décidé, je poserai un congé parental jusqu’aux 3 ans de mes enfants.

Avant d’être enceinte, j’avais une bonne place, un travail que j’aimais, des collègues que j’adorais et c’était toujours un plaisir de me lever le matin….et puis je suis tombée enceinte. C’est vraiment le fait que ce soit des jumeaux qui m’a fait prendre ma décision car si je n’avais eu qu’un enfant, j’aurai repris le travail comme tout le monde.

Outre le fait que ce congé parental m’a paru une éternité, car c’est bien beau, oui je suis avec mes enfants, oui ils vivent à leur rythme, oui je peux m’occuper de ma maison….il ne faut pas oublier que le congé parental exclu. Oui le congé parental long exlu les mamans de toute vie sociale et surtout du monde du travail. C’est le revers le plus difficile de ce congé.

Après m’être concentrée sur mes enfants pendant 3 ans, j’ai voulu préparer mon retour à mon poste. Sauf que là tout s’est compliqué. Plus de postes disponibles, impossible de me « caser » quelque part. Je suis même devenue un problème car on ne sait pas quoi faire de moi. Là c’est mon égo qui en prend un coup. Moi, qui est beau être appréciée pour mes compétences, n’ai plus ma place à cet instant T. Je ne suis pas dupe, je savais que cette situation pouvait arriver. J’ai été absente 3 ans et demi du bureau. Je me doute qu’on ne m’attendait plus, je ne suis pas irremplaçable. Ils ont même été étonnés de ma démarche lorsque j’ai dis que je souhaitais reprendre le boulot. « Ah mais on ne s’y attendait pas, on pensait que tu allais rester à la maison ». « Non les gars, j’ai eu des enfants, je ne suis pas à la retraite pour autant ».

La sentence, oui appelons ça une sentence, est tombée, on m’a proposé de signer une rupture conventionnelle, j’ai accepté parce que finalement je n’ai pas trop le choix, il n’y a pas de places, je ne suis plus au niveau. Il faut voir le bon côté des choses, je vais pouvoir rester avec mes enfants jusqu’à leur rentrée à l’école. Aujourd’hui, je me rends bien compte que le retour à l’emploi est extrêmement difficile après un congé parental. Le gouvernement devrait se pencher un peu plus sur le sujet….

Bref, aujourd’hui je suis au chômage…(mais j’ai 2 beaux enfants…on se console comme on peut….). Et vous, pensez-vous que le congé parental peut nuire à votre emploi ?

28 commentaires

  1. comment je te comprends ! c’est beau d’etre en congé parental mais comme tu dit sa exclue ! je suis presser et angoisser de reprendre en octobre ! le personnel du bureau a changer va falloir me troouver des personnes a m’occuper ect …. mais a se jour je deprime de rester a la maison alors je te souhaite du courage pis surtout j’espere que tu retrouveras quelques choses quand les garcons seront a l’ecole car c’est peut etre la le plus dur apres te retrouver seul ? bisous

  2. Pour moi le congé parental ne nuit pas, il ne facilite pas!
    Personnellement j’enchaîne sur du chômage (beurk), avant je n’avais bossé qu’en CDD (et finalement tant mieux pcq le mari a été muté). Actuellement, je suis bloquée par le marché du travail et pas par le fait que j’ai été en congé parental. Mais bon mon job s’exerce essentiellement dans le public!
    Le problème du congé parental, pour moi, c’est plutot que ces 2 années et qq mois (et non pas 3) te permette de repenser ta vie de femme, de mère, … et donc tu ne vois plus les choses de la même façon! Donc on a des envies de changement!

  3. tu as accepté alors que c est eux qui ont pas géré ???? Mais t’es folle, ils auraient du te licencier attends ! T’es bien trop gentille.
    Moi tu connais mon histoire donc no comment pour la reprise

    1. Ils m’ont proposé un poste mais genre de l’autre côté de l’ile de france (que j’ai refusé). Ils auraient alors pu me licencier mais là avec la rupture, j’ai pu négocier un peu la prime de départ. Et le résultat est le même.

  4. Bonjour

    Dans notre cas, c’est moi qui ai décidé de prendre un congé parental pour m’occuper de nos jumelles. En effet, un peu comme toi, si j’avais continué à bosser, ça aurait servi à payer une nounou et puis c’est tout.

    Avant ça, j’étais travailleur indépendant. Je n’aurai donc pas la même situation lorsque je voudrai reprendre le boulot, vu qu’il n’y a pas d’entreprise où je voudrai retourner

    Mais des fois, je me demande comment ça va se passer. Ca risque de pas être facile de retrouver des clients, est ce que je serai à jour dans mes compétences, …
    Bref, on verra bien …

    Bonne merde pour retrouver un boulôt et profite de tes enfants en attendant 🙂

  5. Comme on dit qui va à la chasse perd sa place, mais en même temps comment faire ? Et entre travailler pour payer une nounou ou rester chez soi à s’en occuper soi même j’aurais fais le même choix que toi !
    Personnellement j’ai vécu sans jamais vraiment voir mes parents j’ai toujours était avec des nounous, jusqu’à 20h et même les week end, donc je sais que j’aurais fais le même choix que toi 😉
    En tout cas bonne chance pour tes recherches !!

  6. J’ai fait le même choix que toi….
    M’occuper de mes loulous et ne pas aller travailler pour des clopinettes. La seule différence d’avec toi, c’est que j’étais au chômage avant d’être enceinte.
    Je cherche à fond du boulot car fin avril ça sera la fin mais c’est vraiment pas évident ….
    Par contre, je trouve la réaction de tes anciens employeurs nulle. Ils croyaient quoi ???? Ils sont au courant qu’un congé parental dure au maximum 3 ans et qu’après ils doivent te rendre ton poste ou un poste équivalent… Je trouve leur attitude pas très pro….
    Bon courage pour les recherches 😉

    Bisous

    1. Oui ils étaient étonnés que je revienne. Mais comment font les gens ? J’ai besoin de bosser moi, j’ai besoin d’oseille ! Parfois, ils marchent sur la tête les directeurs (sûrement parce que leurs femmes, elles, n’ont pas besoin de travailler)…

  7. je vie ca aussi en ce moment, je reprends le 1 novembre apres un congé parental pour mes jumelles, je suis partis depuis 3 ans e demi, j ai perdu mes collègues et mon poste, je travaillais depuis 9 ans dans ce secteur, et quand j ai demandé un entretien , ma DRH a était surprise de voir que je voulais revenir, texto elle me dis  » mais vous avez 4 enfants, on ne pensait pas que vous alliez reprendre », mais si j en ai besoin je travaille depuis 17 ans et je ne me vois pas ne pas reprendre, j aime mes enfants mais j ai besoin d avoir un lien social, de faire autre chose de mes journées .J’aI demandé un mi temps mais pour l instant pas de réponses, j ai demandé alors une rupture de contrat comme vous, mais l on ma répondu qu’ il était hors de question, démissioné c est mieux, puis quoi encore, que je me retrouve a la maison sans toucher le chomage! Vous au moins vous l avez, je travaille dans le secteur médical et je ne pensais pas en arriver là.
    Maintenant je cherche mais ne trouve rien, je sais que j ai encore quelques mois devant moi, mais il faut que je m organise pour les filles et les garçons quant ils seront a l école, car le papa est souvent en déplacement.Je comprends tout a fait votre point de vue, le gouvernemt devrais trouver une solution pour que les femmes qui prennent un congé parental, n est pas le soucis d en rechercher un a la fin de celui ci. bon courage
    Veronique ( petot.vero@infonie.fr)

    1. Ah non surtout pas la démission ! Ohlala c’est vraiment compliqué ce retour à l’emploi et je vois que je ne suis pas la seule :(. Le pire c’est qu’on ne se sent pas aidée par la société. Ça me fait même suer de faire grimper le nombre de chômeurs qui est déjà bien assez élevé !

  8. Punaise, je suis vraiment désolée de lire ça. Comment peuvent-ils réfléchir à ta place et se dire que tu ne reviendras pas? D’accord il faut que la boîte tourne, mais ils doivent prendre en compte le possibilité de ton retour. J’espère de tout coeur que tu retrouveras quelque chose qui te plait bien vite.

  9. Sans m’y connaître sur le sujet…
    Mais normalement, tu es protégée par le code du travail.
    Donc le congé parental, tout comme un arrêt maladie, doit te permettre de revenir à terme dans ton entreprise et de ré intégrer ton poste occupé avant le dit congé…
    Dès lors, si on te refuse cette possibilité… A mon avis cela releve des pruhommes et je ne peux que te conseiller de te renseigner vers l’inspection du travail, puis le cas échéant d’entamer une procédure.

    1. Oui ils pouvaient me reprendre mais à gennevilliers (j’habite en seine et marne), c’était carrément impossible pour moi. Ce refus menait donc au licenciement, mais la rupture était plus simple et surtout j’ai pu un peu négocier la prime de départ. Concernant leurs obligations, la seule est de nous reprendre à notre salaire, peu importe le poste, peu importe le lieu. Je n’étais pas prête à tout accepter. Merci romain d’être toujours là pour me mettre un petit mot <3

  10. J’avais l’exemple d’une collègue qui avait pris un congé, au bout de 3 ans, elle pouvait revenir et reprendre son poste. La personne qui la remplacait était elle en CDD.
    Finalement, elle a fait le choix de ne pas revenir et le CDD de la remplacante s’est transformé en CDI.
    Mais, la titulaire du poste pouvait au bout de son congé ré intégrer son poste.
    Bref, je suis quasi sur que tu es dans ton droit. Et je serai toi, j’entamerai une procédure, de plus la rupture conventionnel du contrat, tu peux dire qu’ils t’ont mis la pression !
    De tte façon, je suppose que tu n’envisages plus rien dans le futur avec cette entreprise ? Donc, la procédure !

  11. J’ai suivi sur Facebook tes difficultés, tes doutes et interrogations par rapport à ce retour à l’emploi…
    Bien sur que le congé parental a un impact sur l’emploi. Le congé mater également. Comment peut-il en être autrement ?
    la boite dans laquelle on travaille ne va pas arrêter son activité juste pour nous permettre d’avoir et d’éduquer nos enfants… Il est normal que l’activité de l’entreprise ne soit pas perturbée par le départ d’une salariée… Il est élémentaire que bien souvent les contraintes de l’organisation impliquent que la nouvelle Maman soit remplacée le temps de son absence. Et il arrive que la personne qui remplace assure bien sur le poste et que la boite ait envie de la garder également sur ce meme poste(sans comparaison avec la manière dont on occupait le poste précédemment). Se pose alors la difficulté de savoir que faire de l’employée qui par la force des choses a été complètement déconnectée de son emploi, de son entreprise, voire de ses collègues pendant 6 mois, 1 an, ou 3 ans. Dans la logique de l’entreprise, je comprends que la réintégration puisse être compliquée…
    Pour toi si j’ai bien compris c’est encore différent puisque le directeur avec lequel tu bossais a migré à l’autre bout de la France, donc bien évidemment tu ne peux pas le suivre…
    Le facteur chance entre aussi en jeu … S’il y a une place intéressante ailleurs on te la propose, sinon ben… l’employeur trouve toujours une solution – rarement satisfaisante pour la Maman qui a juste envie de reprendre sa vie là où elle l’a arrêtée.
    Pour ce qui est du congé parental, perso je n’ai pas envie de rester a la maison. j’ai besoin de trouver un équilibre entre mes différentes vies (vie de maman, vie de femme, vie professionnelle…). ça va nous coûter une fortune en mode de garde (ici la crèche pour les 3 petits, donc toutes les aides de la CAF vont y passer), mais je n’aurais pas l’impression de travailler pour la gloire, juste pour moi, mon équilibre, et l’équilibre de ma famille. Bon… je dis ça aujourd’hui, mais on verra en septembre comment ça va se passer au niveau de la gestion des 3 petits avec la crèche et le boulot… Je reprendrais à 80%, et si ça ne va pas j’essaierai à 60%… Le congé parental ne sera envisagé que si vraiment c’est ingérable au niveau de l’organisation avec les petits…
    Pour mon boulot, je garde contact avec mes collègues. Ma place est toujours dispo ! lol !

    1. J’ai toujours gardé contact aussi, j’ai voulu faire les choses bien, préparer mon retour depuis des mois mais quand y’a pas de places dispos (à part à de l’autre côté de l’ile de france) ben il faut se rendre à l’évidence.

  12. C’est difficile de généraliser… Pour ma part, j’ai pris un très très long congé parental, 3 enfants en 3 ans! Il y a 6 ans j’étais cadre en région parisienne. Aujourd’hui je m’apprête à signer un CDI pour un poste d’assistante en Bretagne. C’est un gros gros changement mais je n’ai pas dit mon dernier mot!
    A très bientôt,

  13. Tu me fais stresser là. Je me doute que mon retour au travail ne se fera pas facilement, mais j’espère quand même retrouver un poste dans mon entreprise. C’est super dur ce qu’ils t’ont fait!

  14. J’ai connu des filles à qui on faisait comprendre qu’après 3 années sans activité (pour ne pas leur dire « à ne rien foutre »), elles étaient complètement has been. Certains patrons commençaient même à le leur dire avant qu’elles ne partent en congé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *