Et si on arrêtait de comparer nos jumeaux ?

Depuis tout petits, mes enfants « subissent » constamment les comparaisons de notre entourage. « Tiens lui il a le visage plus rond que son frère », « Tiens, lui il a les cheveux un peu plus clair »….. Les gens les comparent beaucoup afin de réussir à les identifier.

Ceci dit, je ne jette la pierre à personne car moi-même je compare beaucoup trop (sans forcément le faire exprès) mes enfants. J’ai remarqué ça surtout depuis qu’ils sont à la maternelle. J’ai tendance à comparer leur évolution notamment. Je suis tellement attentive, je veux pouvoir détecter au plus vite s’il un de mes garçon à un quelconque retard (tous domaines confondus). Donc le fait que je compare leur évolution me permets de savoir si tout se passe bien (enfin c’est comme ça que je le vois). Sauf que je trouve ça un peu malsain car j’ai l’impression de me (leur) mettre la pression. Je ne sais pas si je suis très claire ?!.

Par exemple, nous avons reçu récemment leur tout premier cahier d’évaluation. En plus de l’immense fierté que cela m’a procuré (ce sont de très bons élèves), je me suis surprise à comparer chaque appréciation. Nolann compte jusqu’à 10 alors que Warren compte jusqu’à 5. Par contre, Warren sait beaucoup mieux s’intégrer dans des groupes, il s’extériorise plus que son frère. Nolann colorie sans dépasser….à n’en plus finir.

En fait, quand j’y repense, je trouve ça « affreux » de comparer mes gosses. Car finalement ils ont chacun leurs atouts et leurs défauts. Mais c’est plus fort que moi. Par contre, j’essaye au maximum ne pas leur faire part de mes remarques car je ne voudrais pas vexer l’un ou l’autre avec mes remarques même si venant de moi, ce n’est pas du tout péjoratif. Les mauvaises habitudes me mènent la vie dure…Et toi, tu compares souvent tes enfants ?

14 commentaires

  1. sans qu’ils soient jumeaux, les miens aussi sont souvent comparés , notemment par la famille qui dit que  » elle sait plus de chose que lui au même age , elle parle mieux, il était plus calme, etc » , et j’avoue que ça m’inssuporte ! surtout quand les réflexions sont faites lorsque les enfants sont là ! j’essaie vraiment de ne pas les comparer , je me dit que chacun évolue à son rythme et qu’il n’y a pas de « norme » … et j’essaie de faire comprendre aux autres que ces fameuses comparaisons ne servent à rien, à part à être blessantes !

  2. Tu sais mes filles ne sont pas jumelles, elles ont 17 mois d’écart, et elles sont comparé l’une à l’autre depuis toujours.. Que se soit par la famille, mais aussi par nous parents. Je ne sais pas pourquoi on agit ainsi, ce n’est pas voulu, pas envie d’en blesser une, mais c’est comme instinctif !!

  3. J’te rassure, mes filles ne sont pas jumelles mais je le fais aussi… j’pense que c’est naturel. Après, à nous de savoir nous arrêter dans les comparaisons et, surtout, de ne pas dire à untel « tiens ta sœur elle sait mieux faire ça que toi ! ». Ils ont tous des facultés plus développées que d’autres c’est normal 😉 Si on était tous pareil, qu’est-ce qu’on s’ennuierait !

      1. Faut pas 😉 Tu ne le fais pas à mal et tant que tu ne reproches pas à l’un de ne pas compter aussi bien que l’autre ou de ne pas aussi bien colorier, y’a pas de soucis 🙂 C’est pas tant des comparaisons que des…. j’trouve pas le terme. Mais on les compare pas à mal, c’est plus le côté « tiens c’est marrant, x fait comme ça alors que y faisait comme ça à son âge ». (pas sûre que tu me comprennes hmmm… lol)

  4. Astrid a bien résumé ce que j’allais dire…Tout le monde passe son temps a faire des comparaisons sur tout…Sur le temps (tiens, il fait plus chaud qu’hier…), cette personne est grande (donc forcément par rapport à quelque chose…). C’est normal puisque notre est basée sur des repères et des normes. Mais dans la vie de tous les jours, lorsque je compare mes filles (jumelles), et je ne le fais toujours volontairement ( 😉 ), c’est par rapport à des repères et non pas des normes ( sauf au niveau médical…Petite, une d’entre elle avait les pieds tournés à l’intérieur…Et cela se voyait par rapport à la norme…Je ne sais pas si tu vois ce que je veux dire…). Par contre, lorsque la comparaison est faite, je me débrouille pour que ce me serve à en faire quelque chose de positif. Elles sont en dernière année de maternelle et l’année prochaine est un nouveau grand pas dans leur scolarité. Je sais et je vois (parce que je compare comme toi mes filles mais AUSSI je le fais avec leur grand frère au même âge) qu’il y en a une qui a plus de facilité avec les mots et les chiffres lorsqu’elle doit les nommer mais par contre l’autre a une intuition très fine et une perception de l’espace très poussée. Ces comparaisons me permettent de déjà avoir une idée de la façon dont je pourrai les aider lors de leur prochaine scolarité. Cela complète également également leur personnalité. Et dernièrement, j’en fais une force pour elles (et pour eux puisqu’il y a leur frère…). La différence rend fort puisque tu peux apporter quelque chose à l’autre…et ainsi aider…Chacun apporte quelque chose à l’autre. Ce qui était au début une rivalité se transforme en entraide. Nous ne sommes pas des clones et c’est ce qui fait toute la richesse d’un être. Mais pour le voir il faut le comparer… 😉

  5. Je n’ai ni jumeaux, ni deux enfants mais j’espère que si ça vient un jour, on ne les comparera pas sans cesse ! J’ai subi ça étant petite, ça n’aide pas dans la relation entre les enfants et même pour les adultes qu’ils deviennent… Je suis d’accord avec Véronique, connaître les points forts et les points faibles de chacun pour créer de l’entraide, ça c’est la bonne chose à faire. Mais je pense que c’est dur pour certaines personnes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *