Aider les parents à mieux vivre l’hospitalisation de leurs nouveaux-nés

Mes enfants sont nés prématurés à 34+3. Passé le choc de la césarienne, il a fallu réaliser que nous étions parents alors même que nous n’avions pas nos enfants près de nous. En effet, dès la naissance, nos enfants ont été en transférés en service de réanimation afin qu’une équipe médicale de choc prenne soin d’eux.

Pour nous à alors commencé une période de deux semaines qui nous a parue être une éternité. Nous avons mis les pieds, sans le vouloir, dans un monde, un univers que nous ne connaissions pas et nous allions devoir nous adapter et surtout rester optimistes (ça c’est une autre paire de manches) pour nos enfants. Nous devions essayer de passer outre ces salles froides, pleines de « bips », d’aiguilles, de moniteurs, de tout ce qui rythmait la vie de nos enfants….

Pour accompagner les parents auprès de leurs enfants, les Unités Néonatales du centre Hospitalier de Meaux (hôpital où j’ai accouché) ont mis au point un carnet, qui nous a aidé à mieux vivre cette hospitalisation, intitulé « Une naissance pas comme les autres« .

Ce livret, rempli de conseils et d’informations, nous a aidé à mettre des mots sur ce que vivaient nos enfants, à nous rassurer quand ils avaient besoin de nouveaux soins. Tout est expliqué avec des mots simples, ce n’est pas du charabia médical, tout est détaillé afin que les parents puissent tout comprendre aisément : la sonde gastrique, l’incubateur, le scope, la saturation, les cathéters, l’intubation, tous ces mots barbares sont développés et expliqués. J’ai alors plus facilement admis pourquoi mes enfants avaient tout ça sur eux. J’avais beau le savoir, ça me faisait du bien de lire et relire ces lignes, je me sentais moins seule et comprise. On prenait ici en compte la souffrance et les appréhensions des parents. Dans ce livret, on trouvait aussi des conseils pour l’allaitement, le peau à peau, les soins à faire. L’équipe médical avait pensé à tout dans le but d’aider les parents à traverser ce moment difficile. Ils collaient aussi des photos de nos enfants afin de personnaliser ces carnets.

Cela nous a permis aussi d’expliquer à notre famille ce que nous vivions. Seuls les parents étaient autorisés en service de réanimation donc les autres membres de la famille étaient à l’écart. Il était alors plus simple de tout leur expliquer avec ce support que je gardais toujours sur moi. Ce lien qui prouvait que mes enfants étaient bien là.

Je ne sais pas si tous les hôpitaux fournissent ce genre de documents mais je l’espère. En effet, cela a été pour nous d’une grande aide et c’était une chose de plus qui nous liait à nos enfants. Ces carnets font maintenant partie de notre histoire et je les garderai précieusement.

9 commentaires

  1. C’est génial ça. Pour Loupiote on a pas eu de carnet mais bon a eu une super équipe qui nous a toujours tout expliqué de A à Z.

  2. c’est vraiment top ca didonc ! ca devrait exister dans tout les hôpitaux ! moi qui suis passée aussi par la case Néonat pour Lenny mais moins grave que toi j’ai juste eu des infirmieres top qui etaient tjs la pour moi quand j’avais besoin pour repondre a mes questions …

  3. Les miens sont nés à 31 semaines et je n’ai absolument rien reçu… Ces livrets sont vraiment géniaux, j’aurais beaucoup aimé avoir la même chose pour traverser ces moments pas du tout évidents.

  4. C’est une excellente initiative de leur part. J’ai justement sous le coude un article sur tout le charabia qui entoure une naissance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *